Massage Thaï - Présentation

Cette tradition de toucher et de soin prend ses racines en Inde, il y a plus de 25 siècles. Le docteur Jivaka Kumar Bhaccha, contemporain du Bouddha et médecin ayurvédique, est reconnu par les écrits historiques pour en être le fondateur. Elle a ensuite migré en Asie du Sud-Est (et en Thaïlande) avec l'enseignement du Bouddha. 

Cette pratique se fonde sur l'approche de l'Ayurvéda, et les lignes d'énergie, les Nadi ; véhiculant l’énergie vitale, le Prana, dans le corps.

 

Je suis un élève de l'école Lulyani.

Cette pratique unit plusieurs ingrédients qui inspirent ma vie depuis des années : la qualité de présence méditative pendant le massage, les mouvements du yoga, les épices de l'Inde, le rythme de la danse, et le soin dans la relation.

Cette pratique s'est manifestée comme une évidence.

push pull_petit.gif
racine tronc_petit.gif

De quoi s'agit-il concrètement ?

D'une durée comprise entre une heure trente et deux heures, il s'agit d'un massage habillé, au sol, sur un futon. Celui ou celle qui reçoit se détend entièrement, et n'a rien à faire si ce n'est s’écouter.

Lorsque je donne un massage, j'entre en méditation, en mouvement, en connexion, et écoute et en danse active avec mon·ma receveur·se.

 

Suivant une chorégraphie précise et évolutive, il sera question d'étirement, d'extension, de lâcher prise, de pression lente et profonde, de mouvement rythmé, de rotation, de torsion, de respiration, de circulation, de posture improbable, de transfert du poids des corps, et même d'acrobatie (!)

Le massage thaï est parfois vu comme dur et douloureux, c'est une idée fausse. Il y a beaucoup de douceur, conjuguée à une puissance bienveillante, celle de la Terre, celle de la gravité, qui passe par le corps du masseur pour être transmise.

Une sorte de séance de yoga réceptive.

Le receveur ou la receveuse laisse faire le job au donneur.

Le duo est dans une détente profonde et une co·écoute présente.